Hommage à BALAYOGI – INDIA

Pèlerinage vers l’Ultime Darshan – chapitre 7

(…) Dans cette région, elles ont la peau très sombre, les cheveux bien huilés, du jasmin frais dans la nuque pour attacher leurs cheveux. Leurs visages sont burinés par la vie, leurs poignets sont minces, elles sont discrètes, patientes et humbles. Dans cette région de l’Inde, il y a très peu d’Occidentaux, mais jamais je ne me suis sentie seule ou perdue; le voyage dans un vieux bus brinquebalant est, comme toujours en Inde, aux deux extrêmes à la fois. D’un côté les lagons, les rizières, les cocotiers, paysages d’une beauté si douce, et de l’autre, une femme en train de vomir par la fenêtre au-dessus de moi. Et tout est bien, plus rien n’est un problème ; entre les deux extrêmes on devient linéaire, comme si les tempêtes de la vie nous intimaient l’ordre d’être lisse comme un rail sur lequel elles pourraient défiler d’un bout à l’autre, tout comme l’immense paix de Balayogi trônant au milieu de l’incroyable foule bigarrée et bruyante des pèlerins venus de toute l’Inde.

Ainsi ce pays des extrêmes, constamment entrelacés comme les doigts des deux mains qui se croisent pour prier. L’immersion dans le meilleur et  dans le pire vous oblige à être totalement acceptant et aimant. A moins que vous ne puissiez prendre les deux en même temps et alors, vous retournez en Occident  sur une civière! Telle est la leçon magistrale de Mother India.

La nature elle-même s’exprime de cette manière : elle peut être très douce, avec ces paysages comme peints par le fin pinceau du poète délicat, avec les rizières, les forêts de cocotiers, les petites huttes, sa population gracieuse, fragile et forte à la fois. Mais elle peut aussi être d’une violence inouïe quand un cyclone se déchaîne, emportant tout sur son passage, raflant sans discernement maisons, peuple, cultures… ou encore lors des violentes pluies de moussons, lorsque le ciel devient noir en un instant, que les nuages se dissolvent en gouttes de pluie grosses comme le poing, et que l’eau vous monte aux genoux en un quart d’heure!

Nous arrivons à la croisée des chemins, là où passe la rivière qui déroule son ruban de reflets argentés devant le temple à travers les rizières. A cinq mètres de là s’élève le temple dans lequel Balayogi vibre de toute la puissance de Son Samadhi, de Son Amour infini. Le coeur bat toujours plus fort à chaque retour, au moment précis du premier regard sur le temple aux murs blancs et aux statues colorées. L’émotion est inexprimable, comme un retour « chez soi », un retour aux racines les plus profondes de la l’âme, là où le Père est présent physiquement. Quelle grâce de L’avoir retrouvé, d’être si près de Lui! Il y a là un lien si intense que cela rend l’Univers entier présent au-dedans de soi! Près de Balayogi, mon coeur se met à battre à l’unisson avec le coeur du Monde. Je marche dans un état second le long de la rivière, jusqu’à l’entrée du temple près du puits.

J’ose à peine pénétrer dans l’enceinte qui enveloppe le saint lieu, un immense tourbillon m’emporte, le temps s’arrête, la conscience de l’espace et tu temps disparait… OM (…)

Extrait du livre « BALAYOGI – L’alchimie du silence » de Poumi Lescaut.

Ce livre est Une Merveille, une rencontre avec son âme et ses souvenirs… Véritable Rencontre avec La Lumière, avec sa propre Essence et Le Divin. Une Énergie incroyable et indescriptible s’y dégage et émane de ces pages… Balayogi Est dans ce livre, sa vibration rayonne depuis ce bouquin jusqu’au centre de nos mains, pour atteindre notre coeur et nous envelopper de sa lumière dorée… Quelles sensations magiques, quelle énergie fabuleuse et divine… Merci.

« L’inde, le reflet « miroir magique » de notre Être dans sa globalité, un condensé de nos ombres et Lumière, Nous sommes le TOUT réuni en UN Être. Reflet du Monde, reflet de notre identité et de tout ce qu’elle peut représenter… Les extrêmes : la douceur et la colère, la beauté et la noirceur, etc. jusqu’à l’infini… Que dire… Mise à part, regarder, écouter, ressentir et Accepter. Les castes ne font que représenter notre société occidentale et l’état dans lequel le Monde Est. C’est pour cela que l’Inde… dérange tellement… et dont l’énergie est bien trop forte à supporter pour certains humains… Elle représente La Vérité, et Dieu sait combien la vérité est souvent dure à voir et à accepter… Elle représente la vérité de l’humanité dans ces extrêmes et ce que les humains en on fait : Un Joyaux et Un Désastre! Elle nous fait regarder au plus profond de nous même et nous renvoie un miroir glacé et brûlant de notre Essence. A qui veut bien Voir, Écouter, Ressentir et Accepter : L’Inde est une révélation, une libération, une renaissance, une Re-Co-Naissance de Notre Être Sacré. »

Namasté,

A ce pèlerinage sacré, véritable chemin initiatique, qui m’a mené jusqu’à toi…  A Mahabalipuram, lieu où vit ma famille d’âme Indienne. A Rameshweram, temple sacré qui m’a révélé à mon âme… A toi, mystique Inde, terre rouge-dorée et sacrée.

A mes Guides et Maîtres… 

– OM – Shanti – OM –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s