La boue collante Amoureuse

C’est parce qu’il était plein du chagrin de sa mère que je suis venue. Pour l’aimer de tout mon coeur, dans le silence, ne rien lui dire, et remplir son Coeur immense de fontaine de Lumière… Après cela, je suis partie. Et c’est lui qui m’a aimé au centuple et rempli de Lumière à son tour.


Nous étions tous les deux Libres, c’était un Véritable Amour, vous savez celui qui rend Libre et Libère… On ne parlait pas de notre Amour, on l’exprimait autrement, par des actes du quotidien, en utilisant des ustensiles de cuisine et des objets décoratifs de maison.

C’était un nouveau langage, comme un langage créateur, inconnu, qui stimulait notre Créativité, par la Force d’Expression de l’Amour lui même, qui ne pouvait être contenu trop longtemps. On ne savait pas se parler, se le dire, c’était bien trop fort et étranger comme sensations.


On préférait se le raconter, à travers nos histoires parallèles de Vie et prendre tout ce qui nous passait sous la main pour l’exprimer. Quand l’un d’entre nous n’était pas content, on le savait et quand l’un de nous deux était triste, on le savait aussi.


On se réconfortait grâce au vent et au feuillage des arbres. Les plumes que l’on pouvait trouver au sol, nous souriant, représentaient toujours la Force de notre Amour. On se révélait nos plus grands secrets par le mime de notre Vie, comme une pièce de théâtre vivante révélant aux grands jours toutes nos failles et nos forces.


On mimait nos émotions et actait nos verbes, c’était comme une danse au quotidien, dans les actes les plus banales de Vie. Cette relation étrangère et cette forme de communication m’inspiraient. Elles me soufflaient comme une nouvelle forme d’Aimer, pour aimer la vie et l’Humain. Donner et Recevoir ce qui Est, en tout temps et par tous les temps !


Tout était illimité et possible dans cette forme de langage. Les Corps savaient et les Coeurs se parlaient, nos bouches restaient alors fermées. Elles s’ouvraient que rarement pour parler du beau temps ou payer le loyer. Nos émotions voulaient se partager autrement…


C’était comme un Amour absolu où les révélations se plaçaient tout doucement devant nous, comme une évidence. Le verbe était nos mains et nos émotions la matière qui nous entourait. C’est comme si toute la création et tout le vivant participaient à cet Amour et prenaient part à cette Danse mimée.


Je pense que l’Amour se vit et se ressent plus qu’ll ne se dit ou se raconte….


On avait cette même maladie de l’âme au fond de nous. Vous savez… Celle qui nous fait ressentir la nausée dans le nombril, où les souvenirs rattrapent notre coeur et l’envahissent de cette boue collante…


On s’est rendu compte avec le temps, qu’au final, elle est Beauté cette maladie là. Pour celui et Celle qui savent voir l’Eternité au delà des apparences et embrasser leurs souvenirs, elle est pure Merveille.


On s’aimait tellement librement, sans se le dire, que notre boue s’en est allée pour faire place à l’émerveillement. Et même si les jours n’étaient pas Tout Rose et bien on aimait de nouveau et on s’aimait, à notre façon, alors cela nous suffisait.

Parfois on regardait passer l’Eternité devant nos yeux, on aimait bien faire cela, ne rien faire en Vérité. Et jouir de cet état là. Juste être Heureux, là présent à soi, à Nous, et ne rien faire…

On aimait les couchers de soleil heureux aussi…. Ceux qui te font mal à la pupille, où tu peux entrevoir des genres de particules étoilées se placer un peu partout autour de toi. On aimait bien cela.

Notre Amour se révélait au coeur de la Simplicité, dans le rien et le faire à la fois, dans le quotidien qui défile… Et ce brin de folie venait s’immiscer, souvent sortie de nul part, de ci de là. Et alors nos éclats de rire retentissaient dans nos coeurs pour raviver le souvenir et ne pas oublier… Que seul l’Amour est réel.

4 Comments

  1. C’est MAGNIFIQUE, Anne ! Je Partage, TROP BEAU.
    Très Résonnant et Aidant pour moi à propos de la COMMUNICATION … ….
    En Gratitude, voici ma Réalisation de ce Matin du 1er Juillet :
    Vouloir désespérément communiquer est l’expression d’une blessure ancienne de notre capacité à nous manifester ENTIEREMENT dans notre Intégrité/Authenticité, et signifie donc parfois Communiquer au détriment de laisser au Masculin son ESPACE d’Expression/Action.
    Ainsi, une ancienne castration peut devenir en répétition vicieuse castratrice pour l’Autre.
    C’est aussi oublier la dimension de l’ENERGIE qui véhicule tous les messages.
    (Aussi, Aujourd’hui, Mon AMOUR, – Mon MASCULIN -, je vais t’ECRIRE).
    J’ai entendu en réécoutant mon Audio de notre entretien,
    à quel point, j’oublie ma FOI en la Dimension de l’ENERGIE, la TRAME qui soutient TOUT et qui pénètre TOUT.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s