La sexualité consciente

La sexualité consciente est la communication la plus naturelle entre l’homme et la femme. Ils s’accueillent, s’entendent, se comprennent et se pardonnent par cet acte sacré.

Ils communiquent par les pores de leur peau mutuels, sans se parler. C’est par leurs essences qu’ils s’harmonisent en vérité, sur la même ligne de temps et la fréquence commune qui se crée par « le faire l’amour en conscience » où leurs âmes leurs esprits et leurs corps ne forment qu’un seul organisme vivant.

C’est un échange essentiel et vital qui a besoin de se renouveler périodiquement, sans ça l’homme et la femme se perdent et ne se retrouvent plus. Tant qu’il n’y a pas cet échange constant, conscient et en harmonie, la relation et la communication restent en dehors, superficielle ou évasive, flottante, elle ne s’ancre pas dans les profondeurs de chaque être, afin de permettre la fusion en totalité entre ces deux principes opposés, permettant une compréhension fluide et claire.

Ce qui peut créer des tensions, incompréhensions ou conflits récurrents dans le couple, est le manque ou la non présence de cet acte conscient et sacré. Si l’un est déconnecté de son corps ou n’aime pas son corps, ou encore est déconnecté de son âme ou de son cœur, qu’il ne s’accepte pas en totalité, l’acte ne pourra se vivre dans sa pleine dimension sacrée, l’échange ne donnera pas sa couleur essentielle et la fusion sera partielle, ce qui donne vie à des frustrations chez l’un ou chez l’autre, ou encore entre les deux partenaires.

Nous pouvons compenser par autre chose, par les loisirs, l’art ou le sport par exemple, les passions ou la musique, mais rien ne remplace la couleur de cet échange sacré et l’osmose qui se tisse entre les deux partenaires au travers de cet acte. Parce que la fusion complémentaire se tisse en dedans et se renforce, pleinement et uniquement, par cet acte.

Les petits plaisirs du quotidien ou les escapades sortant de la routine alimentent fortement la complicité entre les deux partenaires mais ne suffisent pas à entretenir l’osmose et la fusion des deux flammes intérieures de vie, permettant une harmonie mutuelle et commune dans le partenariat, sur la durée.

L’un ou l’autre se sent perdu, au fil du temps, déconnecté de l’autre ou de la relation, ou encore mis de côté, abandonné, non écouté dans son besoin primaire. Ce qui donne vie à des séparations, pouvant créer du papillonnage chez les hommes, une distance, un sentiment d’absence même en étant présent, et stimuler une forme partielle ou totale de dépendance affective chez la femme.

Nous allons chercher ailleurs ce que l’on ne trouve plus dans le partenariat et surtout en soi. L’oubli et le décentrage de soi est le premier facteur de séparation avec cet acte et dans le cadre d’un couple, qui pourtant semblait solide au départ, où l’osmose semblait parfaite… mais cette osmose a besoin d’être nourrit par l’acte sacré sexuel, car les deux êtres avancent et changent au fil du temps, leurs besoins évoluent et leurs vibrations également.

Ces besoins et vibrations ont besoin de se mettre à jour et de s’harmoniser ensemble pour que l’osmose du premier jour puisse continuer de vivre, et c’est cet acte en conscience qui le permet, essentiellement. Si nous nous laissons envahir par notre quotidien, le stress, les soucis et les inquiétudes, les activités et le travail, cette osmose s’en va, nous nous perdons nous même, nous perdons notre reliance essentielle et le partenariat se perd. Après il nous est difficile de le retrouver, mais cela reste possible, en se retrouvant soi, pour retrouver l’autre ensuite et stimuler de nouveau l’entente mutuelle.

Un exemple récurrent chez les couples démontrant cette déconnexion essentielle : « ils disent la même chose, pensent la même chose mais ne se comprennent pas. » Cela arrive souvent dans les couples, si nous observons bien leurs conversations et comportements. C’est assez drôle à voir d’ailleurs, ils sont d’accord mais se contredisent mutuellement !

En vérité ils s’appellent tous les deux, ils ont besoin de se retrouver et de fusionner dans leurs essences profondes à travers leurs corps. Ils ont besoin de renouer avec leur principe viscéral et de se donner l’un l’autre. L’homme a besoin de donner son essentiel à la femme en s’abandonnant entièrement en elle et la femme a besoin de l’accueillir pleinement en dedans.

Cet acte a besoin de conscience et de présence, sinon le véritable contact ne se produit pas et la communication ne peut circuler convenablement, ce qui crée des noeuds dans les énergies, qui plus tard se répercute dans l’équilibre du couple et de la communication verbale.

L’homme et la femme communiquent essentiellement par les gestes et le regard, les mots sont en trop et ne définissent pas réellement la base essentielle de l’union qui fera perdurer le partenariat dans le temps. Une communication fluide et une compréhension mutuelle découlent d’une sexualité épanouissante et consciente. Nous sommes comme les animaux en vérité, l’homme et la femme se sentent et se regardent avant de se dire oui, ils se reconnaissent par l’odorat et la vue. Le toucher et le goût attestent de leur reconnaissance mutuelle.

L’écoute se déploie depuis les cœurs et les âmes, sans cela il n’y a pas de fusion profonde, cela reste vide et superficiel. L’expérience des corps n’est pas expérimentée dans la jouissance totale de la fusion.

Le fait de rétablir notre reliance essentielle entre le ciel et la terre avec notre corps est importante pour donner vie à cette expérience et retrouver le lien originel entre l’homme et la femme. Cette reliance essentielle de soi permet l’alignement corps-âme-esprit, ce qui permet la reconnaissance mutuelle et l’échange parfait.

Deux êtres qui ont retrouvé cette reliance, retrouvent la communication originelle entre l’homme et la femme et n’ont pas besoin de se parler pour s’entendre et se comprendre. Tout s’expérimente par les gestes, le regard et la communion des âmes et des cœurs.

Les animaux, les végétaux, les arbres et les minéraux communiquent comme cela ensemble. Si nous passons du temps avec eux, ils nous montrent et nous réapprennent le principe de vie essentiel et cette forme de communication qui est fascinante et surtout primordiale.

La communication entre l’homme et la femme passe également par la nourriture et l’échange de services, au plus cela est équilibré, au plus l’entente mutuelle sera. Prendre soin de soi, de l’autre, nourrir ses besoins primordiaux et accompagner ceux de l’autre, sans que l’un donne plus que l’autre, sans que l’un reçoive plus que l’autre.

Ils ont besoin d’être autonomes dans le fait de se remplir eux même de la force de vie et dans leur individualité. Ils ont besoin de se connaître eux même avant de rencontrer pleinement l’autre et d’apprendre à la connaître, à le reconnaître pleinement dans ce qu’il est. Chacun a besoin de s’accepter pour accepter pleinement l’autre.

Ils ont besoin chacun de s’accompagner individuellement dans leurs transformations et quêtes personnelles avant de devenir le compagnon ou la compagnone de route. Personne n’est le pilier de l’autre ou la corbeille à souffrances, le dépositaire du trop plein de l’autre ou encore la nourriture inconsciente du manque, conscient ou inconscient, de l’autre.

Ils ont besoin de s’apprivoiser dans leur liberté d’être, de rester eux même dans leur individualité, sinon l’un d’eux se perd et l’autre se nourrit de la couleur de l’autre et perd son identité primordiale à son tour. Regardons le comportement des animaux encore une fois…

Cet apprivoisement se crée essentiellement par l’acte sexuel sacré, là où les plus grandes transmutations ont lieu, là où l’échange d’énergies et d’informations est le plus fort. Tout un apprentissage ! Ce dont l’humanité a le plus besoin… pour retrouver son identité essentielle, ne plus se perdre dans les méandres des faux semblants, loin de leur origine primaire.

Les fleurs portent ce principe de vie alchimique et le rayonnent tout autour d’elles, naturellement. Nous pouvons le retrouver ou renouer avec cet état essentiel, en passant du temps avec elles, en ayant toujours un bouquet de fleurs fraîches chez soi, en cultiver dans son jardin ou sur son balcon, en choisissant la variété qui nous correspond le mieux, afin qu’elles nous accompagnent convenablement vers plus d’harmonie.

Ou encore, en utilisant des essences florales et huiles essentielles, pour notre corps et parfumer notre maison par exemple, en portant des parfums naturels, en oubliant les produits chimiques pour notre corps et notre maison, afin de retrouver notre odorat originel. Avant le toucher, la ré éducation de l’odorat et du goût reste essentielle.

Oublier les fast food et le gras, mettre de la couleur dans nos assiettes et moins de viandes grasses, manger d’avantage cru, permet de stimuler une sexualité plus saine et consciente, d’activer le feu de vie de chacun. Boire beaucoup d’eau, en conscience, d’avantage tiède ou à température constante, chargée d’énergies positives ou neutres (utiliser des mandalas, fleurs de vie ou cristaux pour cela).

Nous y reviendrons prochainement, merci de votre lecture.

@Anne Delucis


Articles connexes : https://latelierdor.org/2020/06/26/lacte-sexuel-sacralise-1/https://latelierdor.org/2020/06/26/lacte-sexuel-sacralise-2/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s