Au cœur de soi

Au cœur de l’hiver, j’ai trouvé un cœur d’été. Le chant des sirènes nous a bercé jusqu’à ce rocher pour s’aimer. Ce rocher trempé me glace les mains, je pense toujours à toi. Je regarde la lune et je me dis que tu ne dois pas être loin. Ce rocher te remplace le temps d’un instant, il se transforme en ton souffle et m’insuffle cet élan  de partir te retrouver. A jamais, à jamais perdus. Je t’ai réellement retrouvé. Pour de vrai ! Mon amour de toujours…

« On fait semblant d’être amis ? Non, viens ! On le fait pour de vrai ! »

Je suis assez naïve pour croire qu’en étant sincère, on touche le cœur des gens. En réalité, nous touchons seulement les cœurs purs et libérés. Les autres ne veulent pas entendre… Leurs masques les en empêche.

Continuez donc de croire que vous pouvez toucher les gens par votre amour et  votre sincérité. Mais je vous en prie, écoutez votre cœur et sachez bien faire la différence entre ceux qui font semblant de vous comprendre et ceux qui vous comprennent vraiment.

Son soleil

La lueur du soleil coulait sur mon visage, il me semblait si proche. Sans pouvoir le toucher, je m'illuminais à sa simple présence. Nul besoin de mots ou de gestes, cet échange suffisait pour emplir mon coeur d'amour. La mer berçait mon âme et ensemble, nous dansions, au coeur de ces rayons puissants, révélateurs de bonté. Stimulateurs de patience et de bienveillance, là où les cœurs s'entremêlent et se disent "je t'aime".

Ta Vérité

L’idiotie humaine n’est autre que l’ignorance de ses propres valeurs, l’incapacité de se connecter à son soi intérieur.

Celui qui nous fait grandir et nous apprend le réel sens de la vie, le réel sens des circonstances de l’environnement dans lequel nous vivons.

Prendre conscience de qui nous sommes et arrêter de nourrir cet ego illusoire et voilé, enfermant la vérité au creux de la bêtise humaine.

Agir selon l’ego n’est autre que le refus d’accepter qui nous sommes, d’accéder à la Conscience.

Les inconnus d’une vie

Je voyais comme une enfant, une petite fille de quatre ans, avec son nouveau jouet, qui s’amuse dans l’innocence du temps et profite du présent. A faire des bulles dans la forêt et danser avec les fées. Je te voyais comme un môme de cinq ans, qui veut jouer au lego avec sa nouvelle camarade de classe dans la cours d’école. Se diviser une craie en deux pour passer tous les deux au tableau. S’acheter une sucette à la fraise et se la partager, en se disant que c’était peut être la dernière fois qu’on en mangeait une. Tu vois, je pensais ça. Avec toi, je pensais à tout ça. Je pensais qu’on pouvait le faire ! Je voyais que la confiance, je ne voyais pas la méfiance. Je voyais que l’apparence, je ne voyais pas la souffrance. Je voyais que l’amour et l’amitié, je voyais que la joie et le partage. Je voyais tout ça. Quand l’âge n’existe plus, quand les préjugés s’en vont, quand l’écoute s’installe, nos espoirs à la dérive, des confidences et des rires, de l’ivresse et des soupirs.

Cette complicité silencieuse que je n’ai jamais eu mais qui s’est créée toute seule. Cette complicité des cœurs qui née à travers le silence et la distance. Cette complicité des âmes qui grandit comme par magie. Cette magie de la vie, non palpable, qui est pourtant là. Cette expérience d’amour inconditionnel qui ne s’éveille qu’à travers les yeux de l’âme et la patience. L’attente qui se transforme en temps précieux, temps d’apprentissage et de solitude. Un temps de partage avec soi-même, se mêlant à l’autre. Alors il sait, il sait que tu es toujours là. A l’heure où les maux n’existent plus, alors les mots s’envolent pour courir jusqu’à toi et te chuchoter l’amour auquel tu as droit. Il s’en va te dire « je t’aime » au cœur de ce poème et ne reviendra jamais. Ton silence chante… Il me berce dans cette mélodie infinie, là où les cœurs s’enlacent dans cette pure éternité, là où les fleurs s’épanouissent.

La joie est là, elle nous sourit. Sans toi, elle s’en va et revient. Avec toi, elle est constante. Juste un regard, là par hasard, là dans le noir, puis elle repart. Comme cet infini lendemain, comme ce présent d’aujourd’hui. La chaleur des cœurs nous construit. Le train de la vie file à toute vitesse, les wagons se succèdent et s’entremêlent pour nous dire qu’il est temps. Il est temps de s’enlacer et de s’aimer, il est temps de s’embrasser et de sourire, il est temps de s’ouvrir à l’avenir et de construire. Construire ce château ou cette cabane, en terre cuite ou en or. Construire cet amour, un  véritable trésor, puis le transformer en or. Et alors s’étaler dans ses paillettes pour rayonner l’amour divin, l’amour vivant. Vivant de soleils couchants et visant des amants qui s’embrassent.

Le compagnon de voyage

Un compagnon de voyage ça ne s’oublie pas, jamais. Un compagnon de voyage, ça reste à vivre là dans ton cœur pour toujours. Un compagnon de voyage, ça t’aime pour ce que tu es. Peu importe la distance, les différences, ça continue de t’aimer tout le temps, par tous les temps. Même en pleine tempête ça t’aime. Un compagnon de voyage, ça s’en va comme ça du jour au lendemain sans dire au revoir. Parce que c’est dans sa nature, il ne faut pas lui en vouloir, jamais. C’est parce qu’il aime trop pour rester. Il aime trop la vie pour rester dans le même wagon, dans le même train, dans le même avion. Un compagnon de voyage c’est celui qui a un cœur plus gros que lui et qui le trimballe sur son dos partout où il va. Un compagnon de voyage ça ne dit pas « Je t’aime » ça dit « Fais bonne route, prends soin de toi ! ». C'est le voyage de la Vie… Le train qui avance où tu accueilles ton voisin sur le siège d'à côté sans te rendre compte qu'il était ton compagnon de voyage, jusqu'à qu'il parte… Le jour où il s'en va, tu te rends compte que tu ne savais pas. Maintenant tu sais et tu le remercie pour sa présence. Il reste dans ton cœur, le compagnon de voyage…levidanse

Ce jour où tu es partie

L'écume salée se dessinait sur son doux visage marqué malgré tout par le sort de la vie. Les vagues s'écrasaient contre cette falaise qu'elle avait admirée pendant des années. Elle ne savait pas ce qui l'attendait mais elle était certaine que ce serait bien mieux pour elle.
Cette valise en cuir vieillit posée à ses pieds n'attendait plus qu'elle. Elle regardait une dernière fois le soleil se coucher dans cette baie qu'elle aimait tant. Sa main empoignait sa valise quand ses

L’Amour de Soi, un chemin Heureux

Chacun de nous possède un pouvoir immense en lui. Chacun de nous est un magicien. Notre âme est la magie de notre vie en action. Nos mains sont deux baguettes magiques qui créent nos vies. Notre esprit est un mage que nous devons suivre. Notre cœur nous apprend le bonheur et la joie d’aimer. Notre trésor est l’amour que nous portons tous en nous : l’Amour de Soi. Ce trésor nous rend vivant et nous incite à aimer tout ce qui nous entoure. Ce trésor est un cadeau divin. Il ne tient qu’à nous de le découvrir et de le partager. C’est aussi simple que ça. Il ne s’agit que d’Amour.

Ce mot peut faire peur à certaines personnes. Ce mot reste incompréhensible pour d’autres. Ce mot signifie tout et rien à la fois. Ce mot ne s’explique pas, il se vit. Ce mot ne ressemble pas aux maux que nous avons l’habitude de ressentir. Ce mot représente la vie. Ce mot n’est pas souffrance, il est La Vie.

L’amour… Qu’est ce que ce mot vous dit ? Qu’est ce qu’il vous enseigne ? Comment résonne-t-il dans votre esprit ? Comment se ressent-il dans votre cœur ? Que vous raconte-t-il ? La passion ? La trahison ? La liberté ? L’emprisonnement ? Le partage ?

Sachez bien écouter ce que ce mot « Amour » peut bien vous dire… Il vous procurera des douces nuits d’été bercées par le son des grillons. Il vous emmènera voir la mer pour pleurer vos chagrins et les laisser s’emporter avec le vent au large. Il vous guidera vers vos peurs pour les combattre et être plus fort qu’elles. Il vous aidera à vous relever quand vous êtes dans le creux de la vague. Il vous enseignera que la vie est une mélodie et comme une partition les notes ne peuvent durer éternellement.

Mais cet amour commence avant tout par vous-même – Vous-m’aime – Aimez-vous ! C’est le commencement.

Aux licornes magiques volantes…